Image principale
Les métiers de l’environnement et les risques gaz
Focus

Les métiers de l’environnement et les risques gaz

Date de l'actualité
Entête

Lorsque l’on parle de risques gaz dans l’environnement, on pense souvent au gaz dit « naturel » et des risques autour de la gestion de cette énergie fossile. Dans notre cas, les risques gaz ne se limitent pas seulement à cette application mais à un grand nombre d’activités, notamment dans les métiers de l’environnement. Dans cet article, nous aborderons principalement les risques gaz et les précautions auxquelles doivent faire face les opérateurs qui œuvrent au quotidien pour la gestion des eaux potables et usées ainsi que la gestion des déchets.

Pour approfondir le sujet, rencontrez-nous au salon Pollutec le 10 au 13 octobre prochain. Nous serons présents sur le stand H5-D063 pour sensibiliser et protéger les nombreux acteurs qui luttent pour le développement durable et la préservation de notre environnement des risques gaz.

Contenu

Définition : environnement, gaz

Image
Guide des gaz BE ATEX
Guide des gaz BE ATEX

Selon le dictionnaire Larousse, le mot environnement correspond à « ce qui nous entourent ». Le gaz signifie un ensemble d’atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendant, qui tend à occuper tout un volume disponible à l’état gazeux : on le retrouve donc partout et autour de nous. En conclusion, le gaz fait partie de notre environnement quotidien.

Il existe différents types de gaz. Chacun d’eux présentent différents types de risques dont il est possible de se protéger. En amont, grâce à certains types d’équipements pour sa détection ; ou en aval pour se protéger lors de dégagements gazeux (appareils de protection respiratoire) ou pour sécuriser les accès (équipements contre les risques de chutes de hauteur). Du recyclage des déchets au traitement des eaux usées, de la prévention des risques industriels à la protection de la biodiversité, le gaz et ses risques sont donc omniprésents.

Les risques gaz

Gaz inflammables
(Méthane, butane, propane, …)
 
Risques d’explosion ou d’incendie
Gaz toxiques
(Monoxyde de carbone, hydrogène sulfuré, dioxyde de carbone, chlore…)
Risques d’Intoxication ou d’empoissonnement
Gaz induisant la consommation d’oxygène ou inversement

Risques Anoxie et Hyperoxie

Pour connaitre, les caractéristiques des différents types de gaz, veuillez consulter notre guide des gaz : https://www.be-atex.com/guide-des-gaz

Environnement : les risques gaz dans la gestion de l’eau

Gestion de l’eau potable

Image
Eau potable

Par définition, l’eau est un corps liquide, incolore, inodore et insipide à la température et à la pression ordinaire. Il est composé d’un atome d’oxygène et de deux atomes d’hydrogène : H₂O.

Sans l’eau, il n’y aurait aucune vie sur Terre. D’ailleurs, notre corps est composé de 65% d’eau, c’est une composante essentielle pour exister. Nous en utilisons quotidiennement pour boire, se laver, arroser les champs en agriculture ainsi que dans de nombreuses applications industrielles... La gestion de l’eau est stratégique pour notre avenir !

L’eau est un élément du quotidien qui semble inoffensif mais sa gestion présente de nombreux risques : les risques gaz (voir tableau ci-dessus) et les risques de chute de hauteur.

En effet, les métiers de la gestion de l’eau travaillent dans un environnement souvent humide et sale. Afin que l’eau arrive potable jusqu’à nous, il est nécessaire de nettoyer et contrôler les canalisations. Pour cela, les travailleurs entrent dans des espaces étroits, que l’on appelle communément un espace confiné. L’entrée dans un espace confiné est très règlementée, elle nécessite des formations ainsi qu’un certain type d’équipements pour protéger les opérateurs : un détecteur 4 gaz (pour O₂, CO, H₂S et CH₄), un trépied, un harnais et un auto-sauveteur

Pour en savoir plus : https://www.be-atex.com/actualites/focus/espaces-confines-risques-et-preventions

Gestion des eaux usées

Image
Station d'épuration

L’eau est devenue une ressource en pénurie. Le changement climatique que nous subissons ces dernières années, nous sensibilise de plus en plus sur cette gestion de l’eau. Le traitement des eaux usées devient un processus que nous cherchons à valoriser et de nombreux métiers se développent autour du biogaz.

Les eaux usées sont traitées dans des stations d’épuration. Les gaz généralement surveillés sont l'oxygène (O₂), le sulfure d'hydrogène (H₂S) et le méthane (CH₄). A ceux-là viennent s’ajouter de nouveaux gaz liés aux produits purifiant pour le nettoyage et la décontamination des eaux usées ou pour éliminer les microorganismes de l’eau propre.

  • Le chlore (Cl₂) pour stériliser l’eau potable. En présence de térébenthine ou d’ammoniac, il est très inflammable.
  • L’ammoniac (NH₃), présent dans les eaux usées (urine, produit chimique de nettoyage etc …), il peut être dangereux dans les tuyauteries en cuivre et provoquer des corrosions importantes. Il est très toxique durant la manipulation et le séchage des boues.
  • Le dioxyde de chlore (ClO₂), gaz oxydant pour désinfecter les eaux potables. Il tue bactéries, virus et champignons.
  • L’ozone (O₃), gaz très nocif provenant des réactions chimiques lors des traitements de l’eau

Pour en savoir plus : https://www.be-atex.com/actualites/focus/produire-de-lenergie-avec-les-eaux-usees

La valorisation des eaux usées : le biogaz

Image
centrale biogaz

Les boues issues des eaux usées sont transférées dans des digesteurs anaérobies afin d’être mélangées avec des microorganismes. Ces derniers décomposent davantage les boues en biogaz, qui a une teneur élevée en méthane (CH₄), dioxyde de carbone (CO₂) et une teneur élevée en sulfure d’hydrogène H₂S (3000ppm).

Ce biogaz est maintenant valorisé : il doit être traité afin d’être utilisé comme source d’énergie. C’est ce que l’on appelle les énergies vertes ou énergie propre. 

BE ATEX offre l’expertise nécessaire pour assurer la sécurité des travailleurs face aux différents risques liés aux métiers de l’eau.

Pour en savoir plus : https://www.be-atex.com/actualites/focus/les-centrales-biomasse-fonctionnement-avantages-et-inconvenients

Environnement : les risques gaz dans la gestion des déchets

Image
Schéma : gestion des déchets

Un déchet correspond à tout matériau, substance ou produit qui a été jeté ou abandonné car il n’a plus d’utilisation précise.

Notre société est une société de consommation mais ces dernières années on observe des changements. Nous sommes de plus en plus attentifs à une consommation plus responsable et durable en privilégiant la réutilisation, le recyclage, en évitant l’élimination des déchets pour économiser les ressources.

La gestion des déchets est donc un autre axe stratégique pour la préservation de notre environnement. Comme pour les eaux usées, la valorisation énergétique est un mode de traitement privilégié à l’élimination des déchets. Le but étant de récupérer de l’énergie sous forme de chaleur ou d’électricité lors du traitement des déchets.

Cette valorisation peut se faire de manière directe, notamment dans les déchetteries : les déchets sont brulés, c’est le phénomène de combustion. Ou bien de manière indirecte, par la production d’un combustible solide de récupération ou d’un gaz dans des procédés de gazéification ou de pyrolyse : c’est la méthanisation.

Image
VLEP

Toutefois, les procédés de méthanisation mettant en œuvre ces déchets génèrent des risques particuliers :

  • Risques chimiques avec les produits de fermentation tels que l’ammoniac, l’hydrogène sulfuré ou le dioxyde de carbone
  • Risques d’asphyxie puisque la formation, le transport et le brûlage du biogaz génère des atmosphères pauvres en oxygène
  • Risques d’explosion car le méthane est haute inflammable
  • Risques biologiques avec les micro-organismes contenus dans le digestat
  • Risques de chute au niveau des fosses

Ci-contre, retrouvez les VLEPs des principaux gaz dangereux composant le biogaz :

Image
Seuil d'alarmes

L’exploitation des unités de méthanisation dans le traitement des déchets nécessite des mesures de prévention adaptées, notamment en détection de gaz.

Lors des interventions sur les installations, les opérateurs doivent avoir un détecteur portable indiquant en permanence les différents niveaux de concentration et suffisamment petit pour ne pas les gêner. Le détecteur portable n’est pas un équipement de protection individuel (EPI) mais un appareil d’alerte de danger. C’est pourquoi deux seuils d’alarmes doivent être définis :

  • Seuil 1 : déclenchement de l’alarme pour stopper les travaux en cours et analyser la situation
  • Seuil 2 : déclenchement de l’alarme pour évacuer les lieux

De la même manière, les installations sont sous surveillance grâce à des systèmes de détection de gaz fixe. Ces équipements doivent être positionnés correctement afin de donner l’alarme. Ils sont généralement :

  1. Au plus proche de la source d’émission
  2. Dans les espaces confinés
  3. Hors des zones de courants d’air (à plus 1,5m0m d’une porte)
  4. Éloignés de bouches d’air et à proximités des bouches d’évacuation

Comme dans le cas des détecteurs de gaz portables, il y a deux seuils d’alarmes. Ci-contre, retrouvez les seuils d'alarmes préconisés pour les détecteurs de gaz :

Vérification périodique et Maintenance des équipements

Image
https://www.be-atex-service.fr/

Les vérifications périodiques des équipements de travail et des équipements de protection individuels relèvent de la réglementation. L’employeur doit assurer la sécurité de son personnel et vérifier que tout matériel mis à disposition est conforme à son utilisation. Tout matériel détérioré ou susceptible de créer des dangers doivent être remis à niveau pour son utilisation ou si c’est impossible, il doit être mis au rebus. 

  • Les détecteurs portables doivent être vérifiés régulièrement (dans le meilleur des cas, avant toute utilisation) via une station de vérification. Celle-ci permet de placer l’appareil en présence d’un gaz de concentration connue et de contrôler le temps de réponse et les seuils de déclenchement.
     
  • Le système de détection fixe doit être mis en service et maintenu selon les prescriptions du fabricant. La vérification des détecteurs doit être réalisée régulièrement avec chacun des gaz de référence.
     
  • Les EPI pour la protection respiratoire et la protection antichute est réglementaire et imposé par le Code du travail : un contrôle avant chaque utilisation et un contrôle annuel par un spécialiste.

Les vérifications des appareils de détection fixe ou portable ainsi que les EPI doivent être faite par un spécialiste pour une utilisation et une efficacité optimale.

N’hésitez pas à contacter notre centre de maintenance ou notre site www.be-atex-service.fr