Image principale
Tout savoir sur la réglementation des salles de charge batterie et le risque hydrog
Focus

Tout savoir sur la réglementation des salles de charge batterie et le risque hydrogène

Date de l'actualité
Entête

Pour aider à la manutention ou le transfert de charges lourdes dans les usines ou dans les entrepôts de stockage, on utilise communément des appareils de manutention : chariot élévateur, transpalette…. Ces appareils fonctionnent généralement grâce à des batteries au Lithium-ion ou au plomb. C'est pendant la charge de la batterie que ces dernières sont susceptibles de dégager de l’hydrogène, qui mélangé à l’atmosphère ambiant peut créer une atmosphère explosive. 

Pour réduire ce risque, il est important de bien comprendre quand et comment appliquer les réglementations en vigueur dans les salles de charge.  

Contenu

Qu’est-ce qu’une salle de charge et quand avoir un local dédié ?

Image
Qu’est-ce qu’une salle de charge et quand avoir un local dédié ?
Qu’est-ce qu’une salle de charge et quand avoir un local dédié ?

Lorsque vous possédez un matériel de manutention que ce soit un chariot élévateur électrique, un gerbeur électrique ou encore un transpalette électrique, la question de recharge de la batterie se pose et donc une salle de charge dédiée au chargement des batteries. Ce sont les réglementations en vigueur qui indiquent très clairement s’il est nécessaire d’avoir un local dédié ou non.

Il est important de distinguer les différentes règlementations en vigueur puisqu’il existe deux types de technologie de batterie/accumulateur : au plomb ou au lithium ion. 

  • L’Arrêté du 29 mai 2000 (Décret du 31 mai 2006) relatif aux batteries plomb-acide qui indique qu’une salle de charge est nécessaire lorsque la puissance chargeur dépasse 50kW de puissance courant continu.
  • Le décret n°2019-1096 du 28 octobre 2019 relatif aux batteries Lithium-ion qui indique qu’une salle de charge est nécessaire lorsque la puissance de charge dépasse 600 kW de puissance en courant continu.

En conclusion, pour savoir si la réglementation sur les salles de charge s’applique, il faut faire la somme de toutes les puissances des chargeurs de batteries présentes au sein de l’établissement.

Le risque hydrogène dans les salles de charges

Image
Le risque hydrogène dans les salles de charges
Qu’est-ce que le risque Hydrogène ?

Maintenant que l’on sait quand il faut avoir une salle de charge, nous allons faire un focus plus particulier sur les batteries/accumulateurs au plomb. En effet, la technologie utilisée dans ces accumulateurs (plaque de plomb dans de l’acide sulfurique) peut générer de l’hydrogène par réaction chimique entre le plomb et l’acide. Cette émission possible d’hydrogène est principalement due à une défaillance de l’enveloppe des accumulateurs.

Qu’est-ce que le risque Hydrogène ?

L’hydrogène est un gaz extrêmement inflammable. Il peut s’enflammer au contact de l’air et en présence d'une source d'ignition ou au contact des oxydants. Également très explosif, la zone de danger d’explosion se situe lorsque la concentration d’hydrogène se trouve entre 4% vol/air et 75% vol/air.

Pour rappel la LIE (Limite Inférieure d’Explosivité) de l’hydrogène est de 4% volume dans l’air, très proche de la LIE du méthane ou gaz de ville, par contre l’hydrogène nécessite 10 fois moins d’énergie d’activation, que le méthane, pour s’enflammer et donc potentiellement exploser. Ce qui en fait un gaz très dangereux et donc soumis à déclaration pour ce type d’application de locaux de charge.

Tout savoir sur l'Hydrogène : Guide des gaz

Image
L’évolution de la réglementation des accumulateurs au plomb
L’évolution de la réglementation des accumulateurs au plomb

L’évolution de la réglementation des accumulateurs au plomb :

Les locaux de charge batterie au plomb font l’objet d’une réglementation relative à l’arrêté du 29 mai 2000 pour les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Ces installations sont soumises à déclaration (rubrique n°2925) pour une puissance de charge cumulée égale ou supérieure à 10kW.

Ce seuil a évolué par décret en 2006 passant de 10Kw à 50 kW. Désormais toute société ayant des chariots élévateurs fonctionnant sur batterie et dont la puissance de charge cumulée est égale ou supérieure à 50 kW, devra dédier un local à la recharge des batteries de ses chariots, pour être ainsi conforme à la réglementation.
 

Les principales obligations que la norme des salles de charge impose :

La réglementation impose un certain nombre d’équipements au sein d’une salle de charge, ci-joint une liste non exhaustive pour vous donner un aperçu :

  • Ventilation afin de ne pas dépasser 1% de concentration d’hydrogène par rapport au volume de la salle
  • Revêtement étanche
  • Éclairage IP 551
  • Arrêt des chargeurs en cas de défaillance de la ventilation mécanique
  • Bac de rétention acide
  • Extincteurs
  • Porte coupe-feu
  • Sortie de secours

Mise en sécurité et bonnes pratiques par rapport au risque hydrogène

Image
Mise en sécurité et bonnes pratiques par rapport au risque hydrogène

Dans le cas où votre puissance de charge est égale ou supérieure à 50kW, la règlementation impose une bonne ventilation pour ne pas dépasser 1% de concentration d’hydrogène par rapport au volume de la salle.

Mais comment savoir si cette règle est bien respectée ?

Vous devez être en mesure de mesurer la concentration d’Hydrogène et ainsi générer un renouvellement d’air nécessaire et suffisant pour ne jamais dépasser 25% de la LIE de l’Hydrogène soit 1%vol/air. Cette mesure de la concentration d’hydrogène se fait à l’aide de détecteur de gaz catalytique.

Pour la mise en place de détecteurs de gaz, les bonnes pratiques sont listées dans l’aide-mémoire technique 6120 de l’INRS, en résumé :

  1. L’Hydrogène étant un gaz léger. Il est préconisé de les installer en hauteur à l’aplomb des batteries en charge.
     
  2. Tenir compte de l’architecture de la toiture du local de charge où des poches de gaz pourraient se créer si des poutres de 20-30cm sont présentes.
     
  3. Les capteurs seront reliés à une centrale de détection gaz. La centrale de détection devra se positionner à l’extérieur de ce local et générer une mise en information du local, pour évacuation du personnel, à 10% de la LIE soit 0,4%vol/air et à 25% de LIE une mise en sécurité du local.
     
  4. Cette détection pourra être couplée à une ventilation ATEX à 2 vitesses. La première vitesse permanente pour amener de l’air neuf dans le local, la deuxième vitesse asservie à l’alarme de 25% LIE de l’hydrogène, pour diluer et donc faire baisser la concentration d’Hydrogène.
     
  5. Si on dépasse ce seuil, il est nécessaire de mettre en place des asservissements pour couper l’énergie de charge des batteries.

 

Nos solutions techniques

En tant que spécialiste face aux risques gaz et partenaire agréé des plus grandes marques (Oldham, Honeywell, Dräger), n’hésitez pas à nous contacter pour vous accompagner dans la définition de votre besoin. Nous vous apporterons la solution clé en main la plus adaptée. 

> Oldham (Teledyne) : Centrale MX32 et Détecteur fixe OLCT100

> Drager : Centrale Regard 3900 et Détecteur fixe Polytron SE Ex

> Honeywell : Centrale Touchpoint Plus et Détecteur fixe Sensepoint

Image
Nos solutions techniques