Image principale
L’Exposition au plomb
Focus

L’Exposition au plomb : origine, secteurs d'activité à risque, effet sur la santé et prévention

Date de l'actualité
Entête

Le plomb est un élément toxique, mutagène et reprotoxique. Utilisé depuis l'Antiquité, il a façonné des civilisations entières, mais sa relation avec la santé humaine a également laissé une marque sombre, conduisant à des réglementations strictes au fil du temps. Il a été classé potentiellement cancérigène en 1980 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) puis comme probablement cancérigène en 2004.

Selon l’enquête Sumer de 2017, plus de 200 000 salariés seraient exposés au plomb en France, notamment dans les secteurs d’activité comme le bâtiment, l’industrie et l’artisanat.

Dans notre article, nous allons décrypter le plomb : son origine, ses effets sur la santé, la prévention et ses traitements, la réglementation.

Contenu

Description et Histoire

Image
tableau périodique

Le plomb, métal lourd au symbolisme Pb et de numéro atomique 82 dans le Tableau Périodique des Éléments Chimiques, a une présence significative dans l'histoire de l'humanité. C’est le plus lourd des éléments stables. Dans les Conditions Normales de Température et de Pression (CNTP), le plomb est un métal malléable et gris bleuâtre, qui blanchit en s’oxydant.

Facilement extractable et relativement abondant sur Terre, c’est l’un des métaux les plus utilisés depuis la préhistoire. Il a une histoire riche en tant que matériau utilisé par différentes cultures à travers les âges. Des Sumériens aux Romains, le plomb a été employé dans des applications variées, allant des canalisations aux ustensiles de cuisine. Cependant, c'est au Moyen Âge que le terme "saturnisme" est né, liant le plomb à des problèmes de santé, une association renforcée par la croyance alchimique de l'époque associant le plomb à la planète Saturne.

Au XIXe siècle, un événement tragique en Australie, impliquant le décès d'un enfant, a marqué le début de mesures réglementaires. Ces mesures ont progressivement évolué, conduisant à l'interdiction de l'utilisation du plomb dans divers domaines :

  • 1914 : Interdiction d’utiliser le plomb dans la confection des tuyaux des réseaux d’eau potable en Suisse
  • 1948 : Interdiction des peintures au plomb en France
  • 1995 : interdiction totale pour les canalisations en France

Les 2 principales voies d'intoxication sont l'inhalation et l'ingestion.

Les secteurs d'activité exposés au Plomb

L'industrie

Image
L'industrie

Le plomb trouve une utilisation répandue dans divers secteurs d'activité, créant des risques d'exposition considérables pour les travailleurs. Il est largement utilisé dans les applications industrielles suivantes :

  • Les industries métallurgiques (fonderies, traitements de surface, affinage et laminage du plomb et de ses alliages, ébarbage et polissage de tous les objets en plomb ou en alliage de plomb, oxycoupage au chalumeau, soudage étain-plomb, ponçage de soudures, récupération de métaux).
  • L’utilisation dans les équipements électriques et électroniques : fabrication et récupération des accumulateurs et batteries au plomb, de câbles...
  • La fabrication et l’utilisation de pigments et d’additifs pour peintures, vernis, émaux, encres, matières plastiques (par exemple stabilisant du PVC).
  • La fabrication d’écrans de protection aux rayons X (plaques de plomb, verre au plomb...).
  • La fabrication de cristal au plomb.
  • La fabrication de munition et de projectiles contenant du plomb.
  • La fabrication et l’utilisation de composants antidétonants dans l’industrie pétrolière.

Le Bâtiment

Image
Plomb - Batiment

Le plomb est associé à de nombreux métiers liés au Bâtiment :

  • Intervention sur des peintures et des canalisations dans des bâtiments anciens (enlèvement, réfection, ...)
  • Découpe ou sablage de structures métalliques recouvertes de peinture anticorrosion
  • Travaux de couverture (soudure au plomb, utilisation de feuille de plomb ...)

L'artisanat

Image
Plomb : Artisanat

Le plomb est associé à de nombreux métiers dans l'artisanat tels que les peintres, les menuisiers, les charpentiers, les ébénistes, les fabricants de vitraux ...

On le retrouve dans :

  • la fabrication et réfection de vitraux
  • la poterie
  • les fonderies d'art
  • la joaillerie

mais également dans des environnements particuliers tels que les stands de tir.

 

Les effets sur la santé et l’environnement

Image
Les effets sur la santé et l’environnement 1

L'intoxication au plomb, connue sous le nom de saturnisme, est une des plus anciennes maladies professionnelles répertoriées. Notamment dans les cancers des suies de ramonage, répertoriée dans le tableau n°1 du Régime Général de la Sécurité sociale (Affections dues au plomb et à ses composés) et le Tableau n°18 du Régime Agricole (Maladies causées par le plomb et ses composés).

Les 2 principales voies d'intoxication sont l'inhalation et l'ingestion. Il pénètre dans l’organisme par le nez (fumées ou poussières, notamment lors de dégagement de particules d’oxyde de plomb) ou par la bouche suite à un défaut d’hygiène des mains et du visage.

Les effets du plomb sont :

  • au niveau du système nerveux : troubles de l'humeur et de la mémoire, détérioration des capacités intellectuelles, atteinte des nerfs moteurs périphériques ;
  • au niveau des reins : perturbation des fonctions d'élimination, insuffisance rénale chronique ;
  • au niveau du sang : diminution du nombre de globules rouges (anémie) ;
  • au niveau du système digestif : coliques de plomb (douleurs abdominales) ;
  • autres : hépatiques, endocriniens…
Image
Les effets sur la santé et l’environnement 2

Le plomb peut également être responsable d'anomalies au niveau de la reproduction :

  • chez la femme : effets sur la grossesse (avortement, accouchement prématuré…) ;
  • chez l'homme : altération de la production des spermatozoïdes.

Les enfants sont particulièrement sensibles à l'intoxication par le plomb, qui peut se traduire par des effets sur le système nerveux central, d'autant plus importants que le sujet est jeune, avec des signes cliniques pouvant être graves (coma convulsif, troubles du comportement, retard mental…).

 

Du point de vue environnemental, bien que le plomb soit naturellement présent, l'activité humaine a contribué à son augmentation dans l'air, l'eau et les sols. Les émissions de plomb provenant, par exemple, de l'utilisation du plomb dans l'essence, ont eu des conséquences sur la qualité de l'air, les eaux de surface et les aliments, créant des préoccupations pour la santé publique.

Prévention et traitement

Image
plomb : prévention

Démarche de prévention

La prévention de l'exposition au plomb est essentielle pour minimiser les risques pour la santé humaine et l'environnement. La démarche est la suivante : Remplacer les produits contenant du plomb par des produits moins toxiques et empêcher l’inhalation et l’ingestion des poussières et des fumées des personnes ainsi que le risque de contamination de l’environnement.

Prévention collective

Les mesures collectives impliquent l'utilisation de procédés limitant les émissions de fumées et de poussières, le maintien des locaux de travail propres, et le respect de règles d'hygiène strictes. Les employeurs sont tenus de mettre en œuvre des dispositifs de captage à la source, de favoriser l'évacuation des émissions par la ventilation, et d'utiliser des techniques limitant l'émission de poussières.

L’employeur doit tout mettre en œuvre pour garantir la meilleure protection à ses salariés (article L4121-1 du Code du travail).

  1. Favoriser l’évacuation des émissions de poussières et de fumées de plomb par la ventilation et l’aération des lieux de travail, ce qui permet de diminuer les concentrations des substances toxiques pour les amener à des valeurs aussi faibles que possible et inférieures à la VME (valeur moyenne d'exposition).
  2. Mise en place des dispositifs de captage à la source : l’aspiration locale à la source consiste à capter les polluants au plus près possibles de leur point d’émission, avant qu’ils ne pénètrent dans la zone des voies respiratoires des travailleurs et ne soient dispersés dans toute l’atmosphère du local. Les polluants ne sont pas dilués mais évacués.
  3. Réaliser les opérations en enceinte fermée (vase clos).
  4. Utiliser des techniques et des modes opératoires pour limiter l’émission de vapeurs (diminution de la température) et produisant aussi peu de poussières que possible.
  5. Aspirer systématiquement les poussières des postes de travail avec un aspirateur équipé d’un filtre absolu (pas de balayage qui remet en suspension les particules dans l’air) et humidifier les sols.
Image
Prévention individuelle

Prévention individuelle

Cependant lorsque les mesures de prévention collective ne permettent pas de supprimer l'exposition au plomb, le port d’équipement de protection individuelle (gants, tenue de travail,  ….) et notamment la protection respiratoire est indispensable. L'employeur doit donc, dans l’absolu, toujours proposer ce qu’il y a de mieux d’autant plus que l’on est en présence d’un reprotoxique sans seuil.

- des masques anti-poussières fines de type FFP2, en papier ou cartonnés, légers, jetables, filtrant les particules mais de durée d’efficacité limitée à quelques heures peuvent convenir pour des expositions faibles (ce qui est le cas le plus souvent si les mesures techniques sont mises en œuvre).
- des demi-masques, des masques avec cartouche filtrante, de type FFP3, prenant le nez et la bouche, peuvent être utilisés pour se protéger des fumées et des poussières en concentration plus importante.
- enfin, un masque à adduction d’air est recommandé pour des tâches particulièrement exposées, dans des conditions de travail exceptionnellement difficiles.

Dans tous les cas, l'employeur doit se référer aux facteurs de protection assignés (FPA) de ces équipements.

Traitement

Le traitement du saturnisme consiste d’abord à supprimer l’exposition au plomb et attendre l’élimination naturelle de trois à six mois dans les cas légers, ou entreprendre une élimination forcée du plomb dans les cas plus sévères en recourant à des médicaments chélateurs qui fixent les ions de plomb en formant un composé non toxique évacué rapidement par les reins dans les urines, mais qui peuvent être mal tolérés.

Réglementation

Image
Réglementation

Le Code du travail fixe pour le plomb et ses composés :

  • Une valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) réglementaire contraignante de 0,1 mg/m, à ne pas dépasser en moyenne sur 8 heures dans l’atmosphère des lieux de travail (article R. 4412-149).
  • Les valeurs limites biologiques (VLB) réglementaires contraignantes à ne pas dépasser sont fixées à 400 μg de plomb par litre de sang pour les hommes et à 300 μg/l de sang pour les femmes (article R. 4412-152).
  • Une surveillance médicale particulière des travailleurs est assurée si l'exposition à une concentration de plomb dans l'air est supérieure à 0,05 mg/m3, calculée comme une moyenne pondérée en fonction du temps sur une base de huit heures, ou si une plombémie supérieure à 200 micro g/l de sang pour les hommes ou 100 micro g/l de sang pour les femmes est mesurée chez un travailleur (article R4412-160).
  • Une interdiction d'emploi des jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans aux travaux exposant au plomb et à ses composés (article D4153-27).
  • Une interdiction d'affecter des femmes qui se sont déclarées enceintes ou des femmes allaitant à des travaux les exposant au plomb métallique et à ses composés. Une salariée enceinte ou qui allaite doit bénéficier d’un changement de poste de travail si elle est exposée au plomb métallique ou à ses composés (décret n°96-364 du 30 avril 1996 relatif à la protection des travailleuses enceintes ou allaitant contre les risques chimiques, biologiques et physiques).
  • L’accréditation des laboratoires d’analyses médicales pour la mesure des plombémies des travailleurs exposés (Arrêté du 15 décembre 2009).
  • Création et mise à jour d’une fiche individuelle d'exposition par l'employeur, et au départ du salarié de l'entreprise, une attestation d'exposition au plomb doit être remise au salarié par son employeur pour surveillance post-professionnelle.
  • Des mesures d’hygiène : les salariés doivent avoir à leur disposition et utiliser des vestiaires différents pour les vêtements de travail et pour les vêtements de ville, ceux-ci doivent être séparés par des douches (art. R. 4412-156 à R. 4412-159 du Code du travail).