Image principale
Les impacts du COVID-19 en détection de gaz
Focus

Les impacts du COVID-19 en détection de gaz

Date de l'actualité
Entête

Un mot peut résumer l’année 2020 : COVID-19 !

Après cette année très étrange, de nouveaux standards ont vu le jour. Cette crise du coronavirus a une incidence sur notre quotidien et notamment sur l’utilisation des détecteurs de gaz. Dans cet article, nous allons faire un focus sur les différents risques gaz qui ont été exacerbé par cette crise du COVID-19 :

  • L’augmentation du risque O₂ dans les hôpitaux amené par l’utilisation intensive des respirateurs artificiels
  • L’augmentation du risque CO₂, habituellement rencontré dans le process de fabrication du vin ou de la bière mais que l’on va retrouver lors de la prochaine bataille face au COVID : le transport en masse des vaccins
Contenu

Le risque O₂

1. Description et les effets de l’oxygène ou O₂

Image
Les effets de l’oxygène ou O₂
Les effets de l’oxygène ou O₂

L’oxygène est une molécule présente sous forme de gaz incolore à pression et température ambiante. Cette molécule est indispensable à la vie mais elle peut s’avérer dangereuse.

Si elle n’est pas présente en quantité suffisante, elle peut provoquer l'anoxie.

Et au contraire si elle est trop présente, le principal danger est que les vêtements ou les cheveux des personnes peuvent facilement s'enflammer, causant des brûlures graves, voire mortelles.

 

Pour en savoir plus sur le O₂, veuillez consulter notre guide de gaz : Oxygène
 

2. Impact du COVID-19 dans le milieu hospitalier : le risque oxygène

Image
Le risque oxygène dans le milieu hospitalier
Le risque oxygène dans le milieu hospitalier

Nous avons vu affluer dans les hôpitaux de nombreuses personnes atteints de COVID-19. L’un des symptômes les plus graves est le syndrome de détresse respiratoire ou l’incapacité des personnes à respirer seules. Lorsque c’est le cas, il faut placer ces personnes sous Respirateur artificiel *.

Au début de la crise, les hôpitaux se sont équipés en urgence d'un grand nombre de respirateurs artificiels. L'afflux de respirateur fut accompagné par une augmentation du stock de bouteilles d’oxygène. C’est l’utilisation des respirateurs ou le simple stockage des bouteilles d’oxygène qui présente un risque. Le risque O, c'est l'enrichissement de l’atmosphère en O qui augmente considérablement le risque d'incendie.  Une atmosphère contenant plus de 25 % d’oxygène présente une augmentation de 10% de la probabilité d’un incendie spontané.

En Grande-Bretagne, des études ont démontré que le mauvais fonctionnement ou la mauvaise maintenance est l'une des sources les plus fréquentes des incidents lié aux respirateurs à oxygène (+ de 50%) : "Plus de 10 miles de tuyauteries installées à l'hôpital Nightingale desservant 4000 lits - toute fuite entraînera un enrichissement en O - Le volume même des ventilateurs dans un espace clos pourrait également entraîner un enrichissement de l'atmosphère même en l'absence de fuites"

* Un Respirateur artificiel est un dispositif médical composé d’un moteur ou d’une turbine qui souffle artificiellement de l'air chargé en oxygène et permet d'éliminer le dioxyde de carbone par la ventilation ainsi créée. Il remplace l’effet mécanique de la respiration : l’inspiration et de l’expiration.

3. Comment faire pour se protéger du risque O₂ dans les hôpitaux

Pour les hôpitaux où la consommation d'oxygène médical augmente, il est recommandé de maintenir les équipements en bon état de fonctionnement, d'assurer une bonne ventilation et une surveillance régulière de l’environnement.

Deux solutions sont possibles :

 

Le risque CO₂

1. Description et les effets du dioxyde de carbone ou CO₂

C’est un gaz silencieux et mortel. Lorsque l’on a une concentration élevée supérieures à 10%, le CO déplace l'oxygène de l'air : on parle d’asphyxie. Dans ce cas, l'air respirable peut provoquer des convulsions, des vomissements, un coma et même la mort, et le manque d'oxygène peut causer des dommages permanents aux organes, y compris le cerveau et le cœur.

A de plus faibles concentrations, l’oxygène disponible pour respirer est moindre. Des symptômes tels qu'une respiration rapide, un rythme cardiaque rapide, des vertiges, une désorientation, des maux de tête et de la fatigue peuvent en résulter.

Pour en savoir plus sur le CO₂, veuillez consulter notre guide de gaz : Dioxyde de carbone

Le CO fait partie de notre quotidien car il est présent à l’état naturel dans l’atmosphère. C’est un gaz incolore et inodore. On le connait bien car il est largement présent dans l'industrie alimentaire pour la fabrication de la bière, du vin ou du champagne, dans les extincteurs d'incendie comme agent d'inertage ou dans l'industrie chimique. Il est également connu car il peut poser des risques dans les espaces confinés. C’est le cas du transport et le stockage de produits sensibles à température contrôlée tels que les vaccins.

Lire notre article sur le risque CO : Viticulteurs ou brasseurs des métiers à risques

 

2. Impact du COVID-19 pendant le transport des vaccins : le risque CO₂

Image
Le transport en masse des vaccins
Le transport en masse des vaccins

L’arrivée des vaccins va entrainer une hausse de l’utilisation de la carboglace. Aussi appelée, Glace carbonique, elle est couramment utilisée pour le transport de produits sensibles à la température.

Il s'agit de la forme solide du CO - qui en se réchauffant au fur et à mesure du transport - libère des molécules gazeuses de CO. Ce dégazage peut provoquer une hypercapnie (niveaux anormalement élevés de CO dans le sang) due à une accumulation dans des espaces confinés (camion de transport, zone de stockage ...).

La distribution à grande échelle du vaccin va nécessiter la manipulation de grands volumes de carboglace et donc de matières dangereuses. Il est nécessaire de surveiller les niveaux de CO tout au long de la chaîne d'approvisionnement des vaccins afin d'alerter les travailleurs sur les conditions dangereuses et de minimiser les perturbations.

3. Comment faire pour se protéger du risque CO₂

Les détecteurs de CO peuvent être utilisés pour détecter avec précision les fuites ou les niveaux de toxicité afin que les travailleurs et les installateurs soient conscients des niveaux de gaz dangereux et réagir rapidement. Deux solutions sont proposées :

  • Les détecteurs de gaz portables pour les travailleurs qui manipulent et transportent les vaccins, en particulier dans des espaces confinés tels que les camions et les conteneurs d'expédition.
  • Les détecteurs de gaz fixes pour les sites d'expédition, de réception et de stockage des vaccins dans de la carboglace

 

Détection de gaz : BW SOLO, X-AM 5600, Gasman, Pointgard 2100
Protection respiratoire : Saver CF et BioScape

Image
Les équipements